Déclaration de l’Association canadienne de l’électricité concernant le budget fédéral 2018

Le 27 février 2018, Ottawa – L’honorable Sergio Marchi, président-directeur général de l’Association canadienne de l’électricité (ACÉ), a publié la déclaration suivante sur le budget 2018 Égalité et croissance pour une classe moyenne forte qui a été déposé aujourd’hui:

« L’ACÉ reconnaît que le budget 2018 est un budget de mi-mandat axé sur la mise en œuvre et nous appuyons les engagements du gouvernement d’investir dans les communautés autochtones, d’améliorer l’égalité entre les hommes et les femmes au travail, de renforcer les mesures de conservation de l’environnement et de financer la recherche scientifique fondamentale.

Cependant, nous croyons que les mesures de soutien proposées sont nettement insuffisantes pour soutenir les efforts du secteur canadien de l’électricité qui doit s’adapter aux changements climatiques, aux préférences des clients et à l’évolution technologique.

Bien qu’ils soient modestes, l’ACÉ ne peut que se réjouir des investissements dans les programmes d’adaptation et de résilience aux changements climatiques, de déduction pour amortissement accéléré au titre de la production d’énergie propre et de subvention incitative aux femmes apprenties. Pourtant, le budget 2018 n’atteint pas les objectifs requis en matière d’investissements. Fort des investissements en infrastructure alloués dans le budget 2017, de nouveaux fonds auraient été nécessaires pour poursuivre les investissements, stimuler l’innovation, mettre en place une stratégie d’électrification et veiller à ce qu’aucun Canadien ne soit laissé pour compte.

Nous aurions également aimé voir des mesures claires et cohérentes pour favoriser la compétitivité des entreprises canadiennes et contrer les mesures protectionnistes, la déréglementation et les réformes fiscales mises en places aux États-Unis. Bien que le ministre Morneau ait abordé le sujet de son discours sur le budget, ce dont nous nous réjouissons, le budget de 2018 ne dit presque rien sur cet enjeu. Même si cette question ne peut être résolue du jour au lendemain, les pressions concurrentielles ne peuvent que s’intensifier au cours des mois à venir. Le budget aurait dû comprendre un cadre pour orienter la façon dont le gouvernement entend exercer une diligence raisonnable et ainsi renforcer la confiance des entreprises. L’ACÉ suivra de près l’évolution de la position du gouvernement sur le sujet et nous sommes à sa disposition pour poursuivre la discussion.

En matière de cybersécurité, le gouvernement a visé juste. L’ACÉ n’a cessé de réclamer un financement fédéral dédié pour aider à protéger les infrastructures essentielles du Canada contre la montée de la cybermenace. Les 508 millions de dollars prévus dans le budget 2018, conjugués à la restructuration de la gestion des risques en ce domaine, permettront d’améliorer la sûreté des systèmes énergétiques du Canada. À ce titre, le budget a bien ciblé l’objectif et agit au moment opportun. Nous sommes impatients d’en apprendre davantage sur la stratégie du gouvernement en matière de cybersécurité et nous resterons à l’affût de toute nouvelle information dans les jours et les semaines à venir.

Pour terminer, la prospérité économique du Canada repose sur les choix énergétiques que feront les Canadiens à la maison, au travail et dans les entreprises. L’ACÉ demande au gouvernement de maintenir et bonifier les mesures favorisant la transition énergétique au cours des années – et des budgets – à venir.

Notre secteur demeure résolu à investir dans la transition vers un avenir énergétique propre. Mais nous avons besoin du soutien des gouvernements pour mettre en place des réseaux électriques qui sous-tendent une croissance propre et une économie saine.

-30-