Première installation de captage et stockage du CO2 à vocation commerciale

Fournir de l’électricité à notre province

Fournir de l’électricité à notre province est notre quotidien, et nous accomplissons notre mission de la façon qui a le plus d’importance aux yeux de nos clients. Ils veulent avoir accès à l’électricité dès qu’ils en ont besoin, et exigent qu’elle soit produite et distribuée d’une manière qui soit respectueuse du monde dans lequel nous vivons. Le captage et le stockage du CO2 constituent l’une des manières dont SaskPower crée un futur énergétique plus propre, essentiel à notre pérennité. Nous nous efforçons également de parvenir à ce but en nous engageant à introduire plus de sources d’énergie renouvelable à notre parc d’installations de production, et en modernisant les technologies à l’œuvre dans notre réseau. En octobre 2014, nous avons lancé avec fierté le tout premier processus de captage et de stockage du CO2 postcombustion à vocation commerciale sur une installation au charbon. SaskPower est fermement convaincue que la technologie de captage et de stockage du CO2 est un atout important dans la lutte contre le changement climatique d’origine humaine.

Production de plus de 110 MW d’électricité pour le réseau

SaskPower a été la première société à mettre en place un système de captage et de stockage du CO2 à vocation commerciale à la centrale électrique de Boundary Dam, à Estevan, en Saskatchewan. Rénovée entre 2011 et 2013, l’unité 3 de la centrale au charbon approchait la fin de sa vie utile, et constituait la candidate idéale pour l’installation d’une technologie de captage du CO2. Elle va à présent continuer de fonctionner jusque dans les années 2040, produisant plus de 110 MW d’électricité pour le réseau, et, de surcroît, d’une manière bien plus respectueuse de l’environnement que les centrales au charbon conventionnelles – et bien plus propre, même, que les centrales au gaz naturel à cycle combiné. La rénovation représente un investissement d’environ 1,5 milliard de dollars (canadiens), dont 240 millions de dollars proviennent d’une subvention du gouvernement du Canada. Le processus capte le dioxyde de carbone, qui est alors compressé puis vendu à un acheteur aux fins de récupération assistée du pétrole dans les champs de pétrole de Weyburn-Midale, ou transporté vers un puits d’injection profond de SaskPower, où il sera stocké à vie de manière sécuritaire.

Le processus capte également le dioxyde de soufre, qui est ensuite transformé chimiquement sur place en acide sulfurique, puis vendu à un acheteur pour une utilisation à des fins industrielle.