Prêt à intervenir – le secteur de l’électricité et les nouvelles cybermenaces

Les Canadiens ont absolument besoin d’un approvisionnement en électricité fiable et résilient. C’est pourquoi les compagnies d’électricité travaillent 24 heures sur 24, sept jours sur sept, pour assurer la sécurité et la fiabilité du réseau. La pandémie touche toutes les facettes de nos activités commerciales et de nos vies personnelles depuis près d’un an, mais la COVID-19 n’est pas le seul obstacle qui s’est dressé sur le chemin des compagnies d’électricité. Les nouvelles cybermenaces semblent peser encore davantage sur elles.

D’après le récent rapport Évaluation des cybermenaces nationales du Centre canadien pour la cybersécurité, les auteurs de cybermenaces sont de plus en plus nombreux et leurs moyens deviennent de plus en plus sophistiqués. Toujours selon ce rapport, les auteurs de cybermenaces financés par des États étrangers cherchent fort probablement à renforcer leurs cybercapacités afin de perturber les infrastructures essentielles du Canada, comme le réseau assurant l’approvisionnement en électricité, et de parvenir ainsi à leurs fins.

Par ailleurs, comme l’explique le rapport, même si les avancées technologiques améliorent notre qualité de vie en stimulant l’innovation et les transformations, les technologies porteuses de croissance telles que l’Internet des objets, l’Internet des objets industriel et l’automatisation entraînent aussi de nouveaux risques de cybersécurité auxquels les entreprises doivent s’adapter.

La plupart des enjeux de cybersécurité présentés dans le rapport n’ont rien d’étonnant pour les membres du secteur de l’électricité. C’est la réalité à laquelle ils font face tous les jours en s’efforçant constamment de protéger le réseau contre des menaces dynamiques.

La protection du réseau constitue une priorité absolue pour les compagnies d’électricité canadiennes. Le secteur prend cette responsabilité très au sérieux. Qu’il s’agisse de se conformer aux normes de cybersécurité comme base de référence, de participer à des forums pour mettre en commun les renseignements de sécurité, de continuellement prendre des mesures proactives pour prévenir les atteintes à la sécurité physique et à la cybersécurité ou y réagir, d’intervenir en cas d’événements majeurs, de s’attacher à favoriser une culture de la sécurité ou de faire des investissements à l’appui de la sécurité physique et de la cybersécurité, ce travail ne cesse jamais.

En outre, il est essentiel d’établir des partenariats avec des intervenants du milieu de la sécurité ayant un intérêt dans le domaine de l’électricité de façon générale, comme le gouvernement du Canada et plus particulièrement le Centre canadien pour la cybersécurité. En raison de la nature intégrée du réseau électrique canado-américain, les Canadiens collaborent aussi avec leurs homologues américains pour assurer la sécurité du réseau. Les deux pays unissent ainsi leurs efforts dans la lutte contre les nouvelles menaces qui planent sur le secteur de l’électricité.

Pourtant, comme en témoigne l’Évaluation des cybermenaces nationales, les menaces contre le secteur de l’électricité et le contexte même de ces menaces changent constamment. Et ce phénomène se produit à un moment où l’électricité joue un rôle de plus en plus essentiel et où nous sommes de plus en plus branchés.

Les transformations suscitées par les avancées technologiques – comme l’intelligence artificielle et l’essor de l’Internet des objets – et l’électrification de l’économie prônée par les décideurs et les entreprises qui souhaitent poursuivre leurs objectifs d’énergie propre amplifieront forcément l’importance de l’électricité.

Et c’est une bonne chose. Davantage d’électricité peut stimuler l’innovation – et ainsi créer des emplois et des possibilités pour les Canadiens. Davantage d’électricité peut également favoriser la connectivité numérique – et ainsi améliorer notre productivité et nous faciliter la vie. L’électrification peut se traduire par une économie axée sur une croissance propre et nous aider à atteindre nos objectifs climatiques.

Mais rien de cela ne sera possible sans un approvisionnement sûr en électricité. Bref, la fiabilité du réseau électrique est indispensable à notre mode de vie.

En raison du contexte des cybermenaces, le secteur de l’électricité, d’autres secteurs d’infrastructures essentielles et les gouvernements devront continuer d’unir leurs efforts afin de satisfaire à cet impératif. Aucun secteur ni aucun gouvernement ne pourra y parvenir seul. Pour faire face à de nouvelles menaces plus fréquentes et de plus en complexes, il sera primordial d’établir, à l’échelle du milieu de la sécurité des infrastructures essentielles, des partenariats plus étroits reposant sur la confiance afin de travailler à l’unisson pour assurer la sécurité du réseau.

C’est dans cette optique que le secteur canadien de l’électricité continue de préconiser l’établissement de partenariats plus étroits entre l’industrie et le gouvernement à cet égard.

Il importe, maintenant plus que jamais, que les partenaires gouvernementaux continuent d’investir dans des programmes et des politiques qui renforceront la sécurité des infrastructures essentielles canadiennes et qui démontreront leur leadership sur ces enjeux. Ils doivent notamment contribuer à promouvoir et à former un effectif dans le domaine de la cybersécurité pour le préparer à relever les défis qui nous attendent. Les partenaires gouvernementaux doivent également renforcer leur appui aux programmes de mise en commun des renseignements de cybersécurité entre l’industrie et le gouvernement. Ils doivent aussi permettre aux compagnies d’électricité de prendre des mesures de cybersécurité en continuant à communiquer de l’information exploitable et à jour. Enfin, ils doivent participer à des partenariats pour trouver des solutions aux principaux problèmes de cybersécurité avec lesquels nous sommes aux prises à l’heure actuelle, par exemple la sécurité des appareils connectés (Internet des objets) et la cybersécurité de la chaîne d’approvisionnement.

Les besoins en électricité ne cesseront pas d’augmenter. Et la filière qui produit, transporte et distribue cette forme d’énergie deviendra forcément de plus en plus réseautée et connectée. Les acteurs malveillants – qu’ils soient motivés par une intention hostile, l’appât du gain ou des raisons politiques – sont là pour longtemps. Collectivement, nous ne pouvons baisser la garde.