Discussions informelles avec Shahrzad Simab

Plus tôt cette année, l’Association canadienne de l’électricité (ACE) a publié son engagement à faire progresser l’équité, la diversité et l’inclusion (EDI) dans le secteur de l’électricité au Canada. Pour la première fois, l’organisation et son conseil d’administration ont prévu des mesures pour concrétiser cet engagement, à savoir l’établissement d’une communauté de pratique numérique, la conclusion de partenariats, la normalisation de la mise en commun des pratiques exemplaires et la mise en valeur des efforts déployés par l’industrie. Notre secteur a fait d’énormes progrès sur le front de l’EDI au fil du temps, mais nous avons encore beaucoup de travail à accomplir au cours des années à venir. Pour faire de l’ACE la meilleure association commerciale qui soit, conformément à l’objectif que nous nous sommes fixé, nous devons orienter le dialogue vers un avenir plus radieux, entre autres en invitant le personnel de l’ACE à parler de l’EDI.

Une fois par mois, les employés de l’ACE se connectent pour participer à la Série de discussions informelles sur les partenariats hommes-femmes. Shahrzad Simab, gestionnaire, changement climatique et énergie propre, et membre de la Women in Electricity Alliance (Alliance des femmes dans le secteur de l’électricité), nous explique ce nouveau projet en précisant pourquoi nous devons tenir ces conversations afin de progresser non seulement comme organisation, mais aussi comme secteur.

Pouvez-vous nous parler un peu de la Série de discussions informelles sur les partenariats hommes-femmes de l’ACE et nous expliquer comment elle a vu le jour?

Dans le cadre de cette série de discussions informelles, les employés de l’ACE se réunissent une fois par mois pour discuter d’enjeux importants concernant l’égalité des genres et le traitement réservé aux femmes dans le milieu de travail. Cette série offre une tribune où ils peuvent partager en toute sécurité leur expérience et leur point de vue sur des sujets importants. Le but est de favoriser la réflexion et de leur permettre d’apprendre les uns des autres. La mission de cette série consiste à créer un lieu de discussion ouvert où les employés peuvent parler de l’inégalité entre les genres, mettre en lumière les principaux aspects sur lesquels des efforts supplémentaires s’imposent et trouver collectivement des solutions afin de créer un changement percutant à l’échelle du secteur.

L’idée de cette série de discussions informelles a germé au cours d’une réunion avec mes collègues de l’ACE membres de la Women in Electricity Alliance. Nous y discutions alors de la façon dont nous-mêmes, à titre d’employés de l’Association, pouvons contribuer à créer un environnement plus diversifié et inclusif au sein d’un secteur traditionnellement à prédominance masculine.

Comment avez-vous pris conscience de la nécessité d’engager ce type de dialogue?

Le Canada et de nombreux autres pays ont énormément progressé dans le domaine de l’égalité des genres, mais il reste beaucoup de travail à accomplir. J’ai déjà lu que le secteur de l’énergie demeure l’un de ceux où la diversité de genre est la plus faible et qu’il sera essentiel de combler cette lacune, car les femmes jouent un rôle clé dans la recherche de solutions novatrices et inclusives. Cette phrase m’est restée en tête. D’après moi, la sensibilisation, l’éducation et la compréhension permettent de progresser, quel que soit le sujet. Or, c’est précisément l’objectif de la série de discussions. Des désaccords, des divergences d’opinions et des expériences différentes sont à prévoir. Toutefois, simplement en entretenant ce dialogue, nous avançons d’un pas pour susciter l’empathie, la compréhension et l’ouverture d’esprit.

Pouvez-vous nous donner un aperçu des sujets traités dans le cadre de ces discussions?

Parmi les sujets dont nous avons discuté, je mentionnerais :

  • les répercussions qu’ont sur la carrière des femmes les congés qu’elles doivent prendre en raison de leur rôle de mère, de leurs besoins biologiques (congés menstruels) et de leurs responsabilités de proche aidante;
  • la pertinence de l’instauration de quotas hommes-femmes pour l’embauche;
  • les choses à faire ou à éviter pour la reconnaissance des femmes dans des cadres officiels;
  • l’élimination des obstacles à l’accession des femmes à des postes de direction;
  • le comblement de l’écart salarial entre les genres.
Comment les autres associations peuvent-elles promouvoir le dialogue sur l’égalité des genres dans une perspective interne?

Comme les associations représentent des secteurs entiers, elles doivent d’abord s’assurer que leur personnel interne dispose des outils et des connaissances nécessaires pour pouvoir susciter en toute bonne foi un changement à grande échelle. L’objectif devrait être de favoriser la sensibilisation, la compréhension et l’empathie plutôt que d’inviter les employés à adhérer à des opinions ou à des façons de penser en particulier. Pour atteindre cet objectif, il est important de créer une tribune où les employés peuvent tenir un débat ouvert, partager leurs réflexions et leur opinion et apprendre les uns des autres en toute sécurité. Lorsqu’elles ont lieu dans un climat empreint de respect et d’authenticité, il est touchant de voir les liens qui naissent de ces conversations et la façon dont elles font évoluer les participants.

Pourquoi l’équité, la diversité et l’inclusion sont-elles importantes dans le secteur de l’électricité à l’heure actuelle?

Comme l’électricité est essentielle pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050, le moment est venu de créer un environnement de travail égalitaire et inclusif pour permettre au secteur de continuer à prospérer et d’aider le gouvernement du Canada à assurer la décarbonisation et à atteindre ses objectifs climatiques. L’électrification de l’économie fera inévitablement augmenter la demande d’électricité. En parallèle, les avancées technologiques transformeront la façon dont les clients reçoivent et consomment l’électricité. À l’aube de ce changement majeur dans le secteur, on doit recruter et stimuler les plus brillants esprits – toutes races, tous genres et tous groupes ethniques confondus. De plus, nous avons là une occasion de devenir un chef de file mondial de la promotion des droits et du traitement équitable des femmes dans le milieu de travail et de porter le flambeau au bénéfice des générations futures.